May 7, 2017

January 20, 2017

January 16, 2017

August 9, 2016

August 8, 2016

July 20, 2016

March 7, 2016

Please reload

Posts récents

J'écris donc je suis

June 17, 2015

 

Je fume une cigarette et me demande ce que je vais bien pouvoir raconter. Les mots se dessinent dans ma tête et se mélangent. Je regarde mon écran, j’écoute Alt –J puis je regarde l’horloge. Il est dix-huit heure trente et je dois reprendre le boulot à vingt-deux heure. Je suis de garde cette nuit.

 

Je ne sais pas pourquoi cette envie d’écrire, je lutte contre les mots et je n’arrive pas à faire autrement. Il faut que j’écrive. Trouver une histoire, l’inspiration. Bien souvent je cherche à opposer  le rêve et la réalité ou plutôt à abolir la frontière entre rêve et réalité. Alors j’écris. Sans doute l’envie d’exorciser les démons d’un passé révolu mais voilà, je n’y arrive pas ! Ces démons, ils sont à moi, ils me nourrissent, m’abreuvent  et restent enfoui. Heureusement,  ma vie ne se résume pas qu’à cela ! Ce qui alimente mon imagination est tiré dans la plupart des cas de moment  magique, de rencontre, de rêve et parfois d’actualité.

 

C’est plutôt paradoxale d’écrire pour quelqu’un d’aussi réservé que moi. Quelque part, à ma façon, je me livre au monde extérieur en me cachant derrière des textes, c’est ma thérapie à moi. J’écris les mots que je ne peux ou ne veux dire à voix haute. Je livre à tout-va mes pensées les plus profondes et me délecte de cette profusion de révélation.

 

Je n’ai pas la prétention d’être un auteur mais je me prends à rêver à cette éventualité. Et si mes textes ne m’appartenaient plus ! Chacun a sa façon de lire et d’imaginer donc, oui d’une certaine façon une fois livré, ces avalanches de lettres apposées les unes aux autres ne sont plus ma propriété. Le lecteur alors serait tour à tour, acteur, rêveur ou encore mieux le nouveau détenteur d’histoires ainsi manipulées, remaniées, accaparées.

 

Ecrire pour ne pas oublier de vivre je crois que là est mon cheval de bataille ! Non pas que je sois malheureux mais cela m’aide à dépasser mon incapacité à aller vers l’autre. Je suis loin d’être asocial mais, évoluer en société et pénétrer au sein de nouveaux réseaux sociaux reste assez complexe pour moi. Je me bats contre moi-même pour que cela ne soit pas une fatalité et mes rédactions  m’aident alors à ne pas sombrer dans une certaine solitude. Cet état de fait n’entache en rien mon envie d’aller vers les autres mais j’ai toujours cette impression omniprésente de rejet, d’être en quelque sorte ridicule.

 

Je vais sans doute continuer encore et encore cet étalage de sensations, de moments jubilatoires, de pensées parfois les plus intimes. Je vais persévérer dans cette nouvelle direction donnant sens aux élucubrations d’un personnage qui ne reste pas si éloigné de moi.

 

Ecrire pour exister, raconter pour ne pas sombrer, déclamer pour séduire aussi.

 

Ne pas me relire, surtout pas ! Vous délivrer là les mots tels qu’ils viennent !

 

J’écris donc je suis !  

 

 

 

Please reload

Please reload

Search By Tags
Please reload

Archive