May 7, 2017

January 20, 2017

January 16, 2017

August 9, 2016

August 8, 2016

July 20, 2016

March 7, 2016

Please reload

Posts récents

Tengo

July 4, 2015

 

Je suis perdu. Je ne reconnais plus rien. J’ai quitté mon ami il y à peine un quart d’heure, je ne comprends plus rien. Je vais devenir fou ! Bon Tengo, concentre-toi ! Tu as été boire un verre avec ton ami Tamaru après le boulot. Nous étions à Shibuya, le quartier le plus animé de Tokyo, je prends congé et salue mon ami. Je vais sur la droite et je remonte la Supaini-doori et puis…Et puis, trou noir ! Ah non ! Je me souviens d’avoir entendu mon prénom. J’ai beau réfléchir, je ne saurai dire si cette voix était féminine ou masculine. C’était une voix plutôt androgyne, en tout cas, elle m’a suscité assez d’intérêt pour que je cherche à la suivre.  Et autre chose avait attiré mon attention, la lune était verte ! D’habitude, la lune n’est pas visible dans ce quartier, la hauteur des immeubles et toutes leurs lumières qui scintillent et clignotent la cache. Pourtant là, elle était bien visible et elle était verte. Je sais que je ne l’ai pas rêvée, ça m’a d’ailleurs scotché sur place mais personne autour de moi ne semblait la remarquer. Je me souviens de l’odeur de la cuisine espagnole et de ses fumets me chatouillant les narines. J’avance pour voir le menu d’un restaurant Catalan et c’est à ce moment-là que je voix cette lune. Une lune verte. La voix m’appelle, je me retourne, je ne vois rien. Je l’entends encore et puis je me retrouve ici. Les immeubles ont disparu. La foule s’est volatilisée. Plus de lune. Je me retrouve dans une rue déserte et en plein jour. Juste une vieille bâtisse devant moi qui semble abandonnée.  En lieu et place des fenêtres, des planches et des plaques de tôles ondulées rouillées.

 

-TENGO ! Ca y est, cela recommence ! C’est la même voix que j’ai entendu tout à l’heure.

 

-Tengo ! La voix se fait plus douce et au moment où je me retourne elle est juste derrière moi, à peine deux pas plus loin.

 

-Qui êtes-vous ?  Je tremble de partout, j’ai l’impression de devenir complètement fou. Je n’arrive pas à distinguer son visage, il est camouflé par une capuche qui semble trop grande pour elle.

 

-C’est moi Tengo, Aomamé…

 

-Mais je ne connais pas d’Aomamé !

 

-Pas encore mais moi je te connais Tengo, je t’ai attendue si longtemps. Elle retire sa capuche et découvre son visage. Je n’ai jamais vu un visage aussi pâle.

 

-D’où me connaissez-vous ?

 

-Tu ne comprendrais pas Tengo.

 

-Il va bien falloir vous expliquer parce-que là, je suis paumé. Où sommes-nous ? Que m’est-il arrivé ? J’ai entendu votre voix tout à l’heure et elle m’a comme hypnotisée, maintenant je suis là ! Et cette lune verte, il y a un lien entre tout ça ?

 

-A chaque lune verte tu me verras Tengo.

 

-Mais bon sang, je ne comprends rien !

 

-Pourtant c’est toi qui a tout provoqué Tengo.

 

-La seule chose que j’ai provoqué, c’est mon estomac ! Je voulais juste manger moi ! Alors arrêtez vos salades ! Nous sommes dans mon rêve, c’est ça ? Bon, je vais penser très fort à une paëlla et mon estomac va gargouiller tellement fort  que je vais me réveiller !

Voilà qu’elle se met à rire maintenant. Mais c’est qu’elle est belle cette Aomamé !

 

-Tengo, tu es très drôle…

 

-Ce n’était pas le but, content que cela fasse rire au moins un de nous deux.

 

-Je sais que tu es perdu mais je t’assure que tu comprendras vite que tout ceci, c’est toi qui l’a créé…

 

-Je n’ai rien créé du tout ! Vous m’avez drogué, c’est comme ça que j’ai atterri ici !

 

-Non, c’est la lune verte qui t’as amené ici.

 

-Mais elle sort d’où cette lune si ce n’est de mon imagination ?

 

-Tu commences à comprendre Tengo.

 

-Mon imagination ?

 

-Oui !

 

-C’est bien la première fois qu’on me dit que j’en suis pourvu, je suis comptable et plutôt très terre à terre. Tout a toujours un sens à mes yeux et…

 

-C’est ton combat Tengo…

 

-Mon combat ? Le seul combat que je connaisse c’est celui que j’ai tous les matins avec mon réveil.

 

-Je te parle du combat que tu mènes sans le savoir Tengo. Celui que tu dresses contre toi-même.

 

-Mais quel est le rapport avec vous ?

 

-Tu m’as créée Tengo.

 

-J’ai rien créé du tout ! La seule chose que je crée, ce sont des chiffres et des bilans.

 

-Justement Tengo, tu arrives peut-être au point où tu as besoin de faire un bilan sur toi-même, sur ta vie. En tous cas, c’est toi qui a imaginé tout ceci. Comme cette maison par exemple, pourquoi crois-tu que les fenêtres sont cloisonnées ?

 

-Parce-que j’ai une imagination pourrie ?

 

-Non Tengo, ton imagination fonctionne très bien. Ces fenêtres sont le reflet de ta vie, fermée. Tu ne t’es même pas rendu compte que tu as vraiment besoin de changement, d’ouvrir enfin tes fenêtres sur autre chose.

 

-Ben je les ouvrent tous les matins pour aéré mon appartement.

 

-Ne te fais pas plus ridicule Tengo, je suis sure que tu vois très bien à quoi je fais allusion !

 

-Donc si je résume, Je rêve d’une maison pourrie au milieu de nulle part. Toi tu es à l’image de la femme de ma vie et mes fenêtres ne demandent qu’à être déverrouillées ? Ah oui, j’oubliais la lune verte ! C’est par fantaisie sans doute ? C’est justement ma couleur préférée.

 

-Je ne t’ai pas parlé de rêve mais d’imagination Tengo. Cette même imagination qui te fait tant défaut d’après ce que tu dis ! Pourtant regarde ! Tu es ici, je suis là et tu ne le dois qu’à toi-même.  Crois en toi Tengo ! Tout ceci n’est qu’une esquisse et tu ne te débrouille déjà pas si mal ! Alors continue Tengo !

 

TUT ! TUT ! TUT !...

Saloperie de réveil !!!

 

 

Please reload

Please reload

Search By Tags
Please reload

Archive